Fin de vie personnes âgées

Accompagnement fin de vie des personnes âgées et maladie grave

La maladie et la fin de vie sont des moments particuliers de fragilité, où la confrontation à la mort peut chambouler les personnes âgées et leur entourage. Les personnes peuvent alors ressentir de la solitude et éprouver le besoin de parler. C'est pourquoi des équipes bénévoles des Petits Frères des Pauvres sont spécifiquement formées pour entourer les personnes âgées en fin de vie.

Lorsque la maladie et la fin de vie les touchent, les personnes font face à une multitude de sentiments : peur de l’inconnu et de la mort, tristesse, colère, fatigue… Des sentiments qu’elles peuvent ne pas toujours vouloir confier à leurs proches… En effet, le patient peut avoir besoin/envie de garder pour lui ses ressentis difficiles afin de protéger son entourage. Le confier à une tierce personne lui est souvent libérateur et l’aide à vivre sereinement sa fin de vie. 
 
Souvent aussi, les personnes gravement malades témoignent à quel point la maladie isole… C’est pourquoi les Petits Frères des Pauvres sont présents à l’hôpital ou à domicile avec des bénévoles formés pour apporter présence et soutien aux personnes âgées en fin de vie.

La fin de vie, une période où l’on a besoin de soutien 

Parce que la maladie et la fin de vie sont des moments de vulnérabilité particuliers, les personnes en fin de vie ont besoin d’être entourées par des bénévoles. Dans les derniers instants de la vie, les personnes malades sont souvent seules, démunies et leur isolement renforce leur besoin d’être accompagnées. Au-delà des besoins physiques et médicaux, la présence des bénévoles, comme « simples citoyens », les aident à relire leur histoire, apaiser leurs peurs et les soutiennent dans la recherche de sens.
 
quand quelqu’un vient comme ça, vous oubliez que vous êtes malade 
 
« D’être malade m’a appris que les gens autour de moi ont peur de la maladie. Ce qui m’impressionne chez les bénévoles, c’est qu’ils viennent sans peur. Ils ont une grande réceptivité. Avoir quelqu’un de fiable, c’est apporter une forme de guérison à la personne qui va le recevoir. Car quand quelqu’un vient comme ça, vous oubliez que vous êtes malade et donc vous allez vers un mieux », France, personne âgée accompagnée par les Petits Frères des Pauvres. 

Quel est le rôle d’un bénévole d’accompagnement de personnes gravement malades ou en fin de vie ?

Le rôle des bénévoles en soins palliatifs des Petits Frères des Pauvres est d’apporter une présence humaine bienfaisante auprès de la personne en fin de vie, d’être à l’écoute de ses besoins, de respecter ses décisions et de partager son temps, joies comme questionnements ou difficultés, voire souffrances. Le bénévole n’est ni un psychologue, ni un professionnel de santé. 
Il arrive aussi régulièrement que le bénévole permette à la personne accompagnée de réaliser un projet qui lui tient à cœur : revoir la mer, aller marcher dans les rues de Paris, sortir au restaurant, voir un arbre centenaire… De quoi illuminer ses jours ! 
 
En tant que bénévole, je ne fais pas des choses extraordinaires, j’apporte du soutien et ma présence
 
« Une fois par semaine, je rends visite à des malades à l’hôpital. Nous sommes parfois la seule visite de la semaine en dehors de l’équipe médicale. Je les écoute et je parle avec eux comme je suis. Je vis des relations simples et profondes qui donnent du sens, qui améliorent mon écoute, et ça rejaillit dans ma vie. ». Etienne, bénévole en soins palliatifs.

Des bénévoles formés et soutenus par les Petits Frères des Pauvres

À son arrivée dans l’Association, le bénévole est formé puis soutenu par une équipe salariée tout au long de ses accompagnements. Les Petits Frères des Pauvres veillent à ce que les bénévoles puissent parler de leurs accompagnements et notamment des décès qui surviennent : lors des transmissions, des groupes de paroles mensuels… Une parole essentielle pour permettre aux bénévoles de dépasser les difficultés liées aux décès et de repartir sur de nouveaux accompagnements.
 
« Je suis dans une équipe qui valorise ses bénévoles. Je suis très bien suivi : nous avons des groupes de parole, des formations… Je suis soutenu mais pas contraint », remercie Philippe, bénévole pour l’équipe Accompagnement des personnes malades de Lyon (69). 

Équipes de soins palliatifs des Petits Frères des Pauvres : où nous trouver ?

Les équipes d’accompagnement des personnes malades et en fin de vie des Petits Frères des Pauvres sont présentes notamment à Nantes (44), Paris (75) et Ile-de-France, Flers (61), Cambrai (59), Lyon (69), Aix/Marseille (13) et Toulouse (31), au sein de différents lieux : 
  • Le domicile et l’EHPAD (Etablissement Hospitalier pour Personnes Agées Dépendantes) ;
  • L’hôpital (gériatrie, services aigus) ;
  • Les unités de soins palliatifs ;
  • Le milieu hospitalier pénitentiaire ;
  • Auprès des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Fin de vie des personnes âgées : les témoignages des bénévoles

« La maladie peut rendre les personnes angoissées, tristes ou vulnérables et à ce moment-là, elles peuvent se sentir seules, même si elles ont de la famille. En tant que bénévole, je ne fais pas des choses extraordinaires, j’apporte du soutien et ma présence à ces gens-là », admet humblement Emilie, bénévole depuis mai 2019 au sein de l’équipe Accompagnement des personnes malades de Paris (75).
 
« Il est vrai que les a priori sur cet accompagnement sont prégnants. On se dit qu’il faut être maso pour aller voir des malades ! Mais la vérité, c’est que je reçois énormément. C’est toujours un bonheur, jamais une contrainte ! », clame Philippe.
 
« À chaque fois que je quitte l’hôpital, j’ai le cœur serré, mais je suis heureuse. Je me sens riche de tous ces cadeaux que les résidents m’ont offerts : un regard, un sourire, une parole, un geste… des cadeaux inestimables. », Michèle, bénévole en gériatrie

Accompagnement des personnes malades ou en fin de vie : rejoignez nos équipes de bénévoles

L'accompagnement des personnes malades ou en fin de vie

2 864 personnes malades ou en fin de vie accompagnées en 2019
1145 personnes accompagnées en unités de soins palliatifs
357 personnes malades visitées à domicile