Témoignage

"Bonjour mon amie, comment ça va mon amie ?", cette simple phrase a tout changé pour Marion, en service civique

13 mai 2019

Marion, jeune volontaire en service civique chez les Petits Frères des Pauvres, raconte ses meilleurs souvenirs. © Marion S.

Derniers témoignages
  • Wolriatou, en service civique en Irlande : « permettre à nos aînés de se sentir moins seuls m’a fait grandir »

    "Permettre à nos aînés de se sentir moins seuls et de continuer à profiter de la vie m’a fait grandir."

    Lire le témoignage
  • Bénévolat en binôme auprès des aînés isolés : « ensemble, on va plus loin ! »

    La finalité de notre motivation à participer à cette association était la même : changer le quotidien des personnes isolées

    Lire le témoignage
  • Renaud : « Les Petits Frères des Pauvres vous font oublier que vous dépendez du RSA »

    Les Petits Frères des Pauvres vous font oublier que vous dépendez du RSA

    Lire le témoignage
Voir tout

Marion, étudiante, est partie un an en service civique auprès des Petits Frères des Pauvres aux Etats-Unis. Elle raconte son expérience auprès des personnes âgées isolées dans l’Upper Michigan.

Elaine, c’est la plus belle victoire de Marion. Après un an passé aux côtés de cette soixantenaire atteinte de troubles mentaux et accompagnée par les Petits Frères des Pauvres de l’Upper Michigan (à l’est des Etats-Unis), Marion retient un moment fort : « Elaine avait des difficultés à exprimer ses sentiments et se sentait déstabilisée par l’amitié ou la tendresse. Un jour vers la fin de mon année là-bas, Elaine m'accueille en me disant : "Bonjour mon amie, comment ça va mon amie ?" ». Une déclaration simple mais qui voulait dire beaucoup… « J’ai été très touchée et j’ai eu le sentiment que ma mission était accomplie. D’un côté, Elaine avait réussi à exprimer ses sentiments sans crainte et de l’autre, j'avais réussi à lui faire avoir confiance en l'autre », se souvient-elle.

Marion a rencontré Elaine lors de son service civique aux Etats-Unis. © Marion S.

Comme Marion, de nombreux jeunes volontaires âgés de 16 à 25 ans décident de rejoindre les Petits Frères des Pauvres pour un service civique auprès des personnes âgées isolées, en France ou à l’étranger. 

Les personnes âgées ont des anecdotes, des expériences de vie, des histoires à raconter et recherchent juste une oreille attentive pour transmettre leur savoir

Service civique : des missions variées

Marion rendait visite aux personnes âgées isolées à leur domicile ou en maison de retraite et pouvait les accompagner à des rendez-vous médicaux ou leur distribuer des colis de nourriture. Pour elle, cela a représenté « tout un travail d'organisation : prendre en compte les emplois du temps, faire le suivi de la personne âgée accompagnée, en référer à l'association, détecter des signes de détresse psychologiques ou physiques… », énumère-t-elle.

Elle organisait également des évènements pour les habitants du comté où elle était affectée (des repas, des sorties au bord du lac, des fêtes d'Halloween, St Patrick...). Elle recrutait des volontaires et proposait un accompagnement à de « "nouveaux Forever Friends" comme ils les appellent là-bas ».

Marion, en service civique, pour lutter contre l'isolement des personnes âgées. © Marion S

Service civique à l’étranger : une expérience inoubliable

Questionnée sur le bilan qu’elle tire de ce service civique à l’étranger auprès des Petits Frères des Pauvres, Marion confie : « ce service civique m'a beaucoup appris sur moi-même. En plus de me permettre de me perfectionner en anglais, il m'a surtout permis de faire ressortir la meilleure partie de moi. Dans ce type de mission, l'autre passe devant soi. Même si nous n'avons pas l'impression d'en faire beaucoup pour ces personnes, en réalité on leur fait le meilleur des cadeaux : le cadeau d'amitié, le cadeau d'avoir une oreille tendue vers eux et d'avoir une épaule sur laquelle se reposer si besoin. Les amitiés construites là-bas sont mon meilleur souvenir ! »

Pour la jeune fille, s’engager auprès des personnes âgées isolées a été extrêmement enrichissant : « Les personnes âgées sont des livres à eux tout seuls. Ils ont des anecdotes, des expériences de vie, des histoires à raconter et recherchent juste une oreille attentive pour transmettre leur savoir. Ils nous confient leurs peines, leurs joies, leurs cicatrices et leurs secrets. Ils nous font confiance et nous acceptent dans leur intimité et ont tant à partager ! En tant que postulant au service civique, nous sommes encore des êtres humains "en formation" et ces expériences sont les clés de notre construction en tant que citoyen du monde », conclut-elle. 

Autres témoignages