Témoignage Toulon

Bénévolat en binôme auprès des aînés isolés : « ensemble, on va plus loin ! »

08 octobre 2019

Annie et Stéphanie, deux bénévoles des Petits Frères des Pauvres de Toulon, ont constitué une équipe de choc pour briser la solitude de nos aînés ! © DR

Derniers témoignages
  • Wolriatou, en service civique en Irlande : « permettre à nos aînés de se sentir moins seuls m’a fait grandir »

    "Permettre à nos aînés de se sentir moins seuls et de continuer à profiter de la vie m’a fait grandir."

    Lire le témoignage
  • Renaud : « Les Petits Frères des Pauvres vous font oublier que vous dépendez du RSA »

    Les Petits Frères des Pauvres vous font oublier que vous dépendez du RSA

    Lire le témoignage
  • Patricia métamorphosée par son expérience de bénévolat chez les Petits Frères des Pauvres

    Faire du bien autour de soi apporte beaucoup de satisfaction et j’ai un immense bonheur à rendre les gens heureux

    Lire le témoignage
Voir tout

Stéphanie, 33 ans, et Annie, 60 ans, ont constitué un binôme pour visiter les aînés isolés de Toulon (83). Parce qu’ensemble, « on va plus loin », elles se confient sur leur relation et les bénéfices que les personnes âgées et elles en ont tiré.

« Tout seul on va plus vite. Ensemble, on va plus loin ». Ce proverbe a pris tout son sens pour Stéphanie et Annie qui ont constitué un binôme pour visiter des personnes âgées isolées accompagnées par les Petits Frères des Pauvres de Toulon (83). Pendant près d’un an, les deux bénévoles se sont relayées au domicile des aînés pour briser leur solitude. 

C’est Stéphanie, déjà bénévole pour les Petits Frères des Pauvres, qui a présenté Annie aux deux personnes qu’elle accompagnait : Solange et Brigitte. « Stéphanie m’a proposé des visites ensemble pour me présenter ces personnes. Cela s’est fait simplement. J’ai observé le mode de communication de ces dames avec Stéphanie qu’elles connaissaient bien et je suis allée prudemment à leur rencontre. Il n’est pas simple de trianguler une relation », indique Annie.

Le bénévolat en binôme, des bienfaits pour nos aînés

Un duo qui a su apporter énormément aux personnes visitées… « pour les personnes accompagnées, cela a permis de ne pas s’enfermer dans une relation exclusive, de découvrir les différentes facettes d’une relation en fonction de la personne que l’on a en face et d’accepter les différences de personnalité », détaille Annie. « Elles sont moins dépendantes d’une seule bénévole et cela apporte une plus grande variété de sujets de conversation », renchérit Stéphanie.

Les Petits Frères des Pauvres tiennent à ce qu’aucun bénévole ne soit seul dans l’exercice de ses missions. Les binômes permettent donc d’avoir une aide et un soutien dans les bons comme dans les mauvais moments. 

Annie et Stéphanie, toujours prêtes pour divertir nos aînés pendant le carnaval ! © DR

« Annie m'a apporté un renouveau dans mon accompagnement. Son approche pédagogue et maternelle auprès de nos deux aînées m'a permis de me remettre en question afin d’aller au-delà des conversations anodines sur la pluie et le beau temps. Annie arrive aussi à trouver le sens caché derrière les phrases des personnes âgées qui nous disent "oui tout va bien, comme d'habitude" alors qu'elles cachent une profonde solitude », avoue Stéphanie. « J’avais une vision très différente de la sienne sur certaines choses mais ses idées innovantes m’ont beaucoup aidé », ajoute-t-elle.

« Stéphanie est une personne joyeuse, ouverte et sur qui l’on peut compter. Ce qui a grandement facilité notre travail à deux. Elle est d’un abord simple et son engagement est total », complimente de son côté Annie.

Le duo s’est soutenu et remplacé mutuellement lorsque des impératifs personnels ou la lassitude venaient contrarier le rythme des visites. 

 

Un engagement commun pour briser la solitude de nos aînés

« J'ai compris que malgré nos approches différentes, la finalité de notre motivation à participer à cette association était la même. Voir ce qu'on peut faire, modestement, pour changer le quotidien de ces personnes isolées », explique Stéphanie.  

Désormais à Toulouse (31), Stéphanie garde un bon souvenir de cette expérience. Annie, qui continue son bénévolat à Toulon, regrette déjà cette relation « trop courte » mais toutes les deux ont promis de garder contact. 

>> Partagez ce témoignage sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter

Autres témoignages