Témoignage

Arthur, 61 ans : « J’aimerais bien avoir une amie »

28 septembre 2022
Solitude affective : le témoignage d'Arthur

Arthur, 61 ans, est à la recherche d'une compagne pour égayer son quotidien. Visuel d'illustration : © Vladiri/ Shutterstock.com

Derniers témoignages
  • Stéphane, bénévole en soins palliatifs : « dès ma première visite, j’ai senti que j’étais à ma place »

    Dès ma première visite, j’ai senti que j’étais à ma place

    Lire le témoignage
  • Claude, artiste de 60 ans : « Socialement, c’est vraiment un handicap quand on ne travaille pas »

    « Socialement, c’est vraiment un handicap quand on ne travaille pas »

    Lire le témoignage
  • Marie-Claire, 61 ans : « Les Petits Frères des Pauvres ont chassé la solitude »

    « Les Petits Frères des Pauvres ont chassé la solitude  »

    Lire le témoignage
Voir tout

À l’occasion de la publication du rapport des Petits Frères des Pauvres dédié à la vie affective, intime et sexuelle des personnes âgées (Institut CSA Research, septembre 2022), Arthur, 61 ans, a apporté son témoignage sur son expérience. Divorcé après 28 ans de mariage, il est aujourd’hui à la recherche d’une compagne. Il se confie sur son célibat et sa solitude…

« Vingt-huit ans avec une femme et se retrouver tout seul dans le lit, la cuisine et tout ça, je ne le souhaite à personne. », souffle Arthur, 61 ans. Divorcé après 28 ans de mariage, il s’est retrouvé seul du jour au lendemain il y a 10 ans. Très endetté, sans emploi à cause de la fermeture de son usine, il fait face à une situation précaire. Heureusement, les Petits Frères des Pauvres l’aident à remonter la pente.

Aujourd’hui, Arthur espère retrouver une compagne pour partager son quotidien... en toute indépendance « J’aimerais bien avoir une amie, un petit flirt, mais les weekends, pas tous les jours. Qu’elle ait un appartement. », explique-t-il.

Dans notre rapport sur la vie affective, intime et sexuelle des personnes âgées (Institut CSA Research, septembre 2022), seules 25 % des personnes âgées qui vivent seules souhaitent se remettre en couple. La raison principale est de contrer la solitude (61 %) et à égalité à 42 % pour avoir un soutien moral et affectif et réaliser des projets à deux.

D’ailleurs, Arthur estime que le plus important dans une relation affective, ce sont : « La simplicité, la complicité, l’amour, la joie. ». Il s’accorde complètement avec les résultats de notre rapport qui montrent que, pour nos aînés, les essentiels dans un couple sont la complicité à (71 %), le rire (68 %) et le partage d’activités communes (66 %).

Si tu ne fais pas l’amour, tu ne vis pas.

La difficulté de retrouver l’Amour à 60 ans

Si Arthur se trouve toujours beau, séduisant et qu’il sait « draguer » facilement, il a toutefois des difficultés à rencontrer des femmes

Notre soixantenaire s’est donc résolu à utiliser de nouveaux moyens de rencontres… via Internet. « Je fais des ateliers informatiques chez les Petits Frères des Pauvres, tous les mardis. Je leur ai demandé de trouver un site de rencontres gratuit parce que j’essaye de le faire, mais ils sont tous payants. Donc on est en train de travailler pour ça. », évoque-t-il.

À terme, il aimerait retrouver une sexualité épanouie : « C’est le plus important dans la vie. Si tu ne fais pas l’amour, tu ne vis pas. Tu es renfermé. ». D’ailleurs, cette intimité lui manque : « Moi ça me manque beaucoup. Je suis un être humain. On se retient. C’est le destin. »

Pour lui, comme pour 66 % des personnes âgées interrogées dans notre rapport, pas d’âge pour avoir une vie intime… « Même pour la sexualité, c’est jusqu’à la mort. Une femme de quatre-vingt-dix ans peut faire l’amour avec un homme. » 

Souhaitons-lui bonne chance !

 

 

À LIRE AUSSI :

Autres témoignages