" Je me suis sentie comme chez une amie "

| les petits frères des Pauvres | 13 Dec 2017


Marguerite cherche parfois ses mots mais un sourire ponctue très souvent ses propos. Elle est accompagnée par les petits frères des Pauvres depuis un peu plus d’un an. Cette ancienne éducatrice pour enfants réside à la pension de famille Malbuisson à Bormes-Les-Mimosas dans le Var. L’endroit, propriété de l’association, a pour objectif d’offrir aux personnes les plus vulnérables, un lieu d’accueil et de lutte contre l’isolement. Marguerite y est installée depuis début juillet, elle a sa chambre à elle. Rien à voir avec le foyer social dans lequel elle était avant, “où cela ne s’est pas très bien passé” précise-t-elle.

À cette époque, en décembre dernier, Sandrine, sa bénévole attitrée qui lui rendait visite de temps en temps, lui propose de venir passer le réveillon de Noël chez elle. Le but : la sortir le temps d’une soirée de ce contexte difficile. Marguerite est d’abord surprise, “je n’étais jamais allée chez elle, ce fût d’ailleurs la seule fois”, mais accepte très vite. Le 24 décembre au soir, “nous sommes d’abord allées chez le traiteur pour chercher le dîner” se souvient-elle, “puis nous sommes allées à son appartement à Toulon. Nous n’étions que toutes les deux, on a bien rigolé. J**e me suis sentie comme si j’étais chez une amie.”

Sandrine confirme, heureuse de lui avoir donné “un peu de bonheur et de chaleur humaine en ce soir si particulier. C’est un bon souvenir, très joyeux, convivial.

Sans cette main tendue, Marguerite aurait passé Noël seule, comme souvent auparavant. “Je me suis “habituée” à la solitude mais pour les fêtes, c’est plus dur”confie-t-elle, “ça m’est arrivée ce jour-là d’aller au cinéma, d’aller manger dehors pour avoir la sensation de ne pas être seule.”